31 mai 2020 Commentaires fermés

Royaume-Uni: les suites du Brexit

Jane Yilmaz et son conjoint, Altug, vivent maintenant dans des endroits indépendants, mais pas par choix: selon les règles de migration britanniques actuelles, les revenus de Yilmaz sont tout simplement trop réduits pour recruter son partenaire pour un visa. Altug reste dans sa Turquie indigène, empêché de rejoindre entièrement son conjoint et une petite fille de 12 mois obsolète, Ela. Citoyenne britannique résidant à Plymouth, le discours de Yilmaz vacille d’émotion lorsqu’elle explique comment Ela a réagi à la rupture indéfinie. « On lui a diagnostiqué un mutisme éclairé, ce qui signifie qu’elle ne parle que dans des circonstances particulières », affirme Yilmaz. Sa petite fille indique d’autres signes de nervosité de séparation grave: «Quand on m’a demandé de rester le matin pour la fonction temporaire, elle a enduré la porte d’entrée et a crié:« Maman, fais en sorte de ne jamais partir! »» Des milliers de familles en Grande-Bretagne, des situations similaires se posent, après le passage en 2012 de la législation sur la migration qui prévoit des besoins de revenus stricts pour tous ceux qui espèrent recruter un mari ou une femme ou une personne à charge qui ne provient pas d’un statut d’associé de l’Union européenne. Alors que la Grande-Bretagne est prête à quitter l’UE en 2019, ces règles strictes pourraient bientôt toucher des millions de ménages supplémentaires – aggravant un sentiment d’anxiété et de doute profond parmi les résidents de l’UE qui ont payé ici pour leurs proches à venir. Le gouvernement conservateur s’est engagé à achever la motion gratuite des hommes et des femmes des pays européens adhérant au Brexit, et également à déployer les règles d’immigration actuellement uniquement adaptées aux personnes à faible niveau de l’UE sur la table. Un tel changement limiterait fortement le droit des Européens ne résidant même pas en Grande-Bretagne de s’inscrire ici avec des membres de la famille. Évaluation des recettes décisives La réglementation britannique en matière d’immigration est l’un des plus rigides sur le plan financier. Adopté dans le cadre de la politique de jugement du Parti conservateur visant à supprimer fortement la migration, le règlement exige actuellement qu’un résident du Royaume-Uni ou un occupant occidental génère au moins 18 600 £ par an (environ 24 400 $) pour tenter d’obtenir une résidence entre conjoints. Ce seuil est près de 25 pour cent supérieur au revenu minimum annuel pour un travailleur anglais à temps plein. Les experts affirment qu’en plus d’infliger des difficultés indues et des tensions mentales aux jeunes et aux familles, la police d’assurance est ouvertement classiste. «Le système a été créé pour décourager les personnes qui ont un revenu inférieur de le mettre en œuvre», explique Chai Patel, directeur juridique et politique au Conseil des joints pour votre bien-être des immigrants (JCWI). Il affirme que cela affecte de manière disproportionnée les femmes et les minorités, «qui font souvent des salaires réduits». Yilmaz fait partie de ces Britanniques qui n’ont peut-être pas été en mesure de trouver un travail qui paiera suffisamment. Ancienne formatrice en technologie alimentaire, elle déclare que les coupures dans l’industrie scolaire rendent encore plus difficile la découverte de fonctions adaptées à la tolérance salariale. Alors que la politique a rencontré de graves critiques, un porte-parole de votre Home Business Office au Royaume-Uni a déclaré que les règles étaient légales et obligatoires. «Cela évite que des problèmes surviennent chez les contribuables une fois que les migrants familiaux se sont résolus au Royaume-Uni et bénéficient ainsi d’une méthode de bien-être entièrement accessible». Sélection de la Cour suprême qui a largement confirmé la politique après que de nombreux membres de la famille l’ont poussée. Bourbier de publication du Brexit Bien qu’un nombre incalculable de personnes au Royaume-Uni vivent déjà avec les réalités des politiques de migration des membres de leur famille au Royaume-Uni, les citoyens occidentaux énumérés ici sont de plus en plus inquiets que le Brexit puisse éroder leurs propres privilèges dans ce domaine particulier. Depuis que la Grande-Bretagne a voté de justesse pour sortir de l’UE lors d’un référendum l’année dernière, quelque 3 millions de ressortissants européens ainsi que leurs privilèges sur le Brexit sont devenus le sujet de négociations prolongées à Bruxelles. Les négociations individuelles sont au point mort.

Les commentaires sont fermés.

Fiches pratiques de-confine... |
Journalisme et deontologie |
Arhnimes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mathias Juvé
| Bimbimgreen
| Ventes de celia