15 octobre 2020 Commentaires fermés

Les effets négatifs des soldes sur le climat

Le temps de Noël est passé et le nouveau 12 mois est tout près. Et les revenus continuent. Les émissions ont commencé six semaines avant Noël avec la journée des hommes et des femmes, qui a commencé en Asie et est la plus grande journée de magasinage au monde. Cela s’accompagne du Black Friday, de l’achat du Cyber ​​Monday, des ventes de produits avant Noël et aujourd’hui du temps de l’article-Noël ou des ventes de produits de la nouvelle année civile. Bientôt, il sera probablement temps pour les ventes de produits de la Saint-Valentin, les revenus de Pâques, etc. Les événements d’achat ne semblent pas s’arrêter mais plutôt persister tout au long de l’année ainsi que sous de nombreuses formes. Pour les magasins, ces ventes sont une bonne possibilité de liquider des stocks invendus ou hors période dans des fonds, de faire de la place pour de nouveaux stocks et de proposer des stocks existants par impulsion ou achats inattendus. Pour les clients, les ventes de produits fournissent plusieurs «raisons légitimes» de décortiquer et d’offrir, peut-être à vous-même, à d’autres personnes ou à un peu de chacune. Des investissements indulgents sont attendus et même encouragés lorsque des remises ou des offres sont largement disponibles pour être saisies. Outre leurs récompenses, les revenus sont disponibles avec de nombreux frais. Sur le plan émotionnel, ils pourraient pousser les consommateurs à dépenser de l’argent qu’ils ne possèdent pas et ressentir ensuite du regret ou un sentiment de culpabilité. Financièrement, ils pourraient piéger les consommateurs dans une dette financière (plus) économique en raison du faux sens du luxe «autorisé» ou investir en cas d’achat. Sur le plan émotionnel, il pourrait aggraver un trouble compulsif, également appelé «oniomanie», en légitimant le don et le décorticage. Tout cela entraîne de graves dépenses environnementales. Les universitaires de la publicité comme moi évaluent généralement la façon dont les individus réagissent via des «lentilles comportementales» spécifiques, et je crois que les deux principaux peuvent être pertinents ici: Traditions jetables L’objectif de la caméra jetable, particulièrement visible dans la mode, suggère que plus nous achetons, mieux c’est nous jetons. Bien que la relation ne soit que empiriquement reconnue, il est en fait logique de croire que le marché de la vente de produits est beaucoup plus d’achat et implique à son tour qu’il y a beaucoup plus à éliminer. Cette entreprise peut être soutenue par la tendance à la diminution de l’espace de vie. Au Royaume-Uni, les chambres à coucher deviennent de plus en plus petites et les espaces de vie réguliers dans les nouvelles résidences sont vraiment un tiers plus petits que dans les années 70. Mais malgré cela, les particuliers continuent d’acheter beaucoup plus d’informations que dans les années 70. Qu’advient-il des vêtements dont vous n’avez pas besoin? Pour faire de la place pour les éléments de revenus acquis, les gens sont susceptibles de se débarrasser des produits «pré-aimés» et de nuire à l’environnement. Par exemple, un record du Parlement britannique au début de 2019 a révélé que dans le pays, «environ 300 000 tonnes de textiles sont dépensées chaque année dans des poubelles familiales noires», ce qui représente environ 5 kg pour chaque personne. Celui-ci est alors réellement mis en décharge ou incinéré. Le document indique que «moins de 1%» des matériaux utilisés pour produire des vêtements est recyclé. Notre comportement jetable charge la planète.

Les commentaires sont fermés.

Fiches pratiques de-confine... |
Journalisme et deontologie |
Arhnimes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mathias Juvé
| Bimbimgreen
| Ventes de celia