18 mai 2021 Commentaires fermés

L’Europe s’engage contre Amazon

Les juges de la deuxième plus haute juridiction de l’Union européenne ont rejeté une facture fiscale de 250 millions d’euros (300 millions de dollars) déposée contre Amazon en 2017 dans le cadre de la lutte en cours du bloc contre les géants américains de la technologie.

L’affaire était l’une des nombreuses entreprises dirigées par Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, dans laquelle les accords fiscaux accordés à de puissantes sociétés étaient présentés comme une forme de subvention illégale de l’État. Le plus notable d’entre eux était une affaire de 2016 dans laquelle Apple a été condamnée à payer à l’Irlande 13 milliards d’euros (14,9 milliards de dollars) d’arriérés d’impôts. Cette décision a été annulée en 2020 par le même tribunal impliqué dans la décision d’aujourd’hui.

Le cas d’Amazon remonte à 2006, lorsque le géant du commerce électronique a mis en place une structure fiscale labyrinthique en Europe qui lui a permis de canaliser les revenus de toutes les ventes de l’UE via une filiale basée au Luxembourg. En interne, Amazon a appelé cela le projet Goldcrest, du nom de l’oiseau national luxembourgeois.

LA FILIALE AMAZONIQUE LUXEMBOURG A ENREGISTRÉ 44 MILLIARDS D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES MAIS PAYÉ ZÉRO D’IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS
En 2017, la Commission européenne a jugé que cette structure était illégale et avait permis à Amazon d’éviter environ 250 millions d’euros d’impôts. «Le Luxembourg a accordé des avantages fiscaux illégaux à Amazon», a déclaré Vestager à l’époque. «En conséquence, près des trois quarts des bénéfices d’Amazon n’étaient pas imposés. En d’autres termes, Amazon a été autorisée à payer quatre fois moins d’impôts que les autres entreprises locales soumises aux mêmes règles fiscales nationales. »

Dans les plus récents dépôts financiers d’Amazon, elle a enregistré un chiffre d’affaires de 44 milliards d’euros (53 milliards de dollars) en passant par sa filiale luxembourgeoise. Mais cette filiale, qui compte 5 262 salariés, a également enregistré 1,2 milliard d’euros de pertes, et n’a donc payé aucun impôt sur les sociétés.

Dans l’arrêt rendu ce matin par le Tribunal de l’Union européenne, les juges ont estimé que la Commission «n’avait pas prouvé, conformément à la norme juridique requise, qu’il y avait une réduction indue de la charge fiscale» de la filiale luxembourgeoise d’Amazon. La décision est une victoire significative pour Amazon et un coup dur pour les politiciens européens qui espèrent maîtriser les géants américains de la technologie.

Bien que la décision de 2017 ait maintenant été annulée, la décision d’aujourd’hui peut encore faire l’objet d’un recours devant la plus haute juridiction de l’UE, la Cour européenne de justice. L’affaire Apple annulée en 2020 a déjà fait l’objet d’un appel de cette manière et attend une nouvelle décision.

Après que les détails du projet Goldcrest ont été révélés pour la première fois, le US Internal Revenue Service (IRS) a également déposé sa propre plainte contre Amazon, demandant jusqu’à 1,5 milliard de dollars d’arriérés d’impôts. Un juge de la Cour fédérale a rejeté cette affaire en 2017, affirmant que le chiffre réclamé par l’IRS était «arbitraire, formation seo capricieux et déraisonnable».

Bien que des décisions comme celles d’aujourd’hui aient confirmé la légalité des dispositions fiscales d’Amazon, les politiciens continuent de remettre en question leur équité globale. Au Royaume-Uni, après que The Guardian a révélé que la filiale luxembourgeoise d’Amazon ne payait aucun impôt sur les sociétés dans ses derniers documents financiers, les politiciens et les militants ont critiqué le système qui autorisait de telles conditions financières biaisées.

« Amazon les revenus ont grimpé en flèche sous la pandémie alors que nos grandes rues luttent, mais elle continue de transférer ses bénéfices vers des paradis fiscaux comme le Luxembourg pour éviter de payer sa juste part d’impôts », a déclaré la députée travailliste britannique Margaret Hodge. «Le gouvernement doit agir et aider à saisir cette occasion unique de bannir l’évasion fiscale des entreprises dans le passé.»

Les commentaires sont fermés.

Fiches pratiques de-confine... |
Journalisme et deontologie |
Arhnimes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mathias Juvé
| Bimbimgreen
| Ventes de celia